CAMIF

🏛
Société :
CAMIF MATELSOM
🛠 
Site e-commerce spécialisé dans l'équipement durable de la maison
📅 
Société à mission depuis le
30/9/2020
📍 
Nouvelle-Aquitaine
💡 
Créée en
1995
sous forme de
SAS/SASU
👤 
80
salariés en
2020

Activité

Camif a été relancé en 2009, en transformant la marque en un site e-commerce dédié à l’équipement de la maison, faisant le choix du Made in France et du durable. Pionnier de l’entreprise à mission, Camif a mis au cœur de son modèle, un modèle d’impact positif sur les enjeux sociaux et environnementaux, prônant une consommation responsable et la production locale. 81% des clients sont nouveaux et plus jeunes que la clientèle historique (essentiellement constituée d’instituteurs à la retraite), attachés à donner du sens à leur consommation, avec une offre produit entièrement renouvelée.

www.camif.fr

Raison d'être

Proposer des produits et services pour la maison au bénéfice de l’Homme et de la planète.

Mobiliser notre écosystème (consommateurs, collaborateurs, fournisseurs, actionnaires, acteurs du territoire), collaborer et agir pour inventer de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation.

Objectifs

  1. Informer, sensibiliser et donner les moyens pour une consommation plus responsable
  2. Dynamiser l’emploi sur nos territoires et favoriser l’insertion
  3. Faire de l’économie circulaire
  4. Proposer les meilleurs produits possibles pour la santé
  5. Transformer l’entreprise et participer à la réinvention de nos filières

Comité de mission

La Cellule OSE constitue le comité de mission prévu à l’article L. 210-10 du Code de commerce.

Conformément à la loi, si la Société emploie, au cours de l’exercice, moins de cinquante salariés permanents, le Président peut décider de substituer un référent de mission à la Cellule OSE. Le cas échéant, le référent de mission peut être un salarié de la Société, à condition que son contrat de travail corresponde à un emploi effectif.

La Cellule OSE est composée du Président de la Société, d’au moins un salarié de la Société et de quatre (4) autres membres au moins, qui peuvent être :

  • de représentants de l’écosystème dans lequel la Société évolue : consommateurs, collaborateurs, fournisseurs, actionnaires, acteurs du territoire.
  • des acteurs indépendants (experts de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise, du Développement Durable, représentants d’associations).

Les membres de la Cellule OSE sont des personnes physiques ou morales.

Lorsqu'une personne morale est nommée membre de la Cellule OSE, celle-ci a la faculté de désigner un représentant permanent à la Cellule OSE.

Lorsque le mandat de ce représentant permanent cesse pour quelque cause que ce soit, la personne morale membre de la Cellule OSE est tenue de pourvoir à son remplacement.

La mission : extrait des statuts

Raison d'être

Proposer des produits et services pour la maison au bénéfice de l’Homme et de la planète.

Mobiliser notre écosystème (consommateurs, collaborateurs, fournisseurs, actionnaires, acteurs du territoire), collaborer et agir pour inventer de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation.

Objectifs

  1. Informer, sensibiliser et donner les moyens pour une consommation plus responsable
  2. Dynamiser l’emploi sur nos territoires et favoriser l’insertion
  3. Faire de l’économie circulaire
  4. Proposer les meilleurs produits possibles pour la santé
  5. Transformer l’entreprise et participer à la réinvention de nos filières

En savoir plus (+)

Informations complémentaires non disponibles (collecte en cours auprès de l'entreprise)

En savoir plus sur la démarche de l’Entreprise à Mission

Pourquoi l'entreprise a-t-elle engagé cette démarche vers la société à mission ?

Entrepreneur, j’ai relancé CAMIF (ancienne coopérative créée en 1947 par des instituteurs) en 2009, en transformant l’entreprise pour en faire un site e-commerce dédié à l’équipement durable de la maison. Dès le début du projet, nous avons mis au cœur du projet, un modèle d’impact positif sur les enjeux sociaux et environnementaux pour l’ensemble des parties prenantes. En commençant par son territoire, en déménageant notre siège social de Nanterre à Niort, en ouvrant un centre de relation client à Niort, puis un centre logistique, nous avons fait le choix d’une proposition de valeur basée sur la consommation responsable et la production locale : nous travaillons aujourd’hui avec une centaine de fabricants français (dans le meuble, l’électroménager, la déco textile…), qui représente 73% de notre chiffre d’affaires.

En 2013, après avoir reconquis une partie des clients historiques, Camif entame une nouvelle étape clé de son développement. La société lève des fonds auprès d’un des tout premiers fonds d’impact en France, pour aller chercher de nouveaux clients, plus jeunes, au-delà des clients historiques de la CAMIF. Il nous a semblé alors essentiel de clarifier le sens du projet Camif, avant d’aller à la conquête de nouveaux clients, pour donner du sens à notre croissance.

Démarre alors une collaboration avec les chercheurs Armand Hatchuel et Blanche Ségrestin de Mines ParisTech sur le rôle et la finalité de l’entreprise. Leurs travaux autour d’une approche élargie du rôle de l’entreprise, au-delà du profit, et qui pourrait se traduire dans ses statuts, nous inspirent. Camif devient un "laboratoire" de la Société à Objet Social Etendu ("SOSE"), qui préfigurera la Société à Mission t elle qu’elle apparaît quelques années plus tard dans la loi PACTE.

Les enjeux pour Camif sont alors de définir sa raison d’être, de la traduire en engagements pour les inclure dans ses statuts, faire évoluer sa gouvernance, et évaluer ses objectifs sociaux et environnementaux au regard de sa mission.

Comment l’entreprise a-t-elle mené cette démarche ?

Camif se met en chemin pour formuler sa raison d’être et ses engagements, avec une méthode collaborative, en phase avec son modèle de management et sa culture d’entreprise : c’est à un comité nommé Cellule’OSE (« cellule à l’Objet Social Etendu ») qu’il revient de définir la mission de l’entreprise. Composé de représentants des différentes parties prenantes, ce « comité de mission » aura aussi à veiller à la bonne marche de l’entreprise au regard de sa mission, en s’assurant que les engagements se déclinent dans les plans stratégiques et opérationnels et en procédant à l’évaluation de ces objectifs.

La Cellule’OSE se met donc en chemin et prendra du temps (2 ans et demi) pour formuler la raison d’être et les engagements de Camif, prenant soin d’interroger plusieurs représentants de chaque parties prenantes C.A.M.I.F. : Clients, Actionnaires, Monde (acteurs du territoire),Intérieur (collaborateurs), Fournisseurs.

Avec des questions clés : Pourquoi l’entreprise existe, quelle est son utilité pour la société ?

C’est en interrogeant les fournisseurs sur leurs attentes vis-à-vis de l’entreprise : « Qu’est-ce qui serait fondamentalement différent si la Camif n’existait pas ? » qu’a été ajoutée la2nde phrase constitutive de notre mission : « Mobiliser notre écosystème, collaborer et agir pour inventer de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation ». Ils apprécient l’entreprise quand elle les challenge sur la transparence, l’éco-conception, l’économie circulaire…

La question « Qu’est-ce qui serait fondamentalement différent si tous les acteurs du marché adoptaient les bonnes pratiques de la Camif ? » a éclairé la Cellule’OSE sur l’impact social et environnemental de l’engagement de Camif sur le Made in France : 20.000 emplois en plus rien que dans l’industrie du meuble en France ; c’est près de la moitié des 11,9 tonnes d’émission de CO2/an et par français que l’on pourrait éviter en relocalisant les achats des français, 50% du bilan carbone étant lié aux importations.

Chaque mot a été pesé, pour le sens qu’il donne au projet de l’entreprise, et pour les engagements, les actions et les renoncements qu’il amènera dans le futur.

Dès 2017, Camif intègre dans ses statuts sa raison d’être : « Proposer des produits et services pour la maison au bénéfice de l’Homme et de la planète. Mobiliser notre écosystème (consommateurs, collaborateurs, fournisseurs, actionnaires, acteurs du territoire), collaborer et agir pour inventer de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation. »

En 2020, après les décrets de la loi PACTE, Camif devient officiellement « Société à Mission », après un vote à l’unanimité lors de l’AG des actionnaires, sur l’intégration dans ses statuts des cinq objectifs environnementaux et sociaux associés à la mission :

   1. Informer, sensibiliser et donner les moyens pour une consommation plus responsable

   2. Dynamiser l’emploi sur nos territoires et favoriser l’insertion

   3. Faire de l’économie circulaire

   4. Proposer les meilleurs produits possibles pour la santé

   5. Transformer l’entreprise et participer à la réinvention de nos filières

Pour chacun d’entre eux, la Cellule’OSE a défini des indicateurs, actions et renoncements, sur lesquels l’entreprise sera évaluée, par la Cellule’OSE, et par un Organisme Tiers Indépendant (OTI) tous les deux ans.

Comment le suivi de la mission est-il organisé ? (au-delà des informations inscrites dans les statuts)

La Cellule’OSE (Objet Social Etendu) est le Comité de mission Camif.

Il a pour objectif de suivre et d’améliorer, grâce aux regards croisés des parties prenantes Camif (salariés, fournisseurs, actionnaires, acteurs du territoire, clients), les actions mises en œuvre pour réaliser la Mission de la Société :

  • Veiller à la sincérité des démarches engagées par la Société dans l’atteinte de ses Objectifs ;
  • Soumettre des recommandations ;
  • Elaborer et rédiger le rapport annuel prévu à l’article L.210-10 du Code de commerce, dans lequel figurera son évaluation de la démarche engagée par la Société, un avis sur les actions réalisées, des recommandations d’axes de progrès et des suggestions de nouvelles actions ;
  • Alerter le Président et le Comité Stratégique de la Société jusqu’aux parties prenantes encas de non-respect de la Mission.

Le Comité de mission Camif est aujourd’hui composée de 7 personnes, représentants les parties prenantes CAMIF :

  • Fournisseurs : Joël Tronchon (Dir. Développement Durable Groupe SEB), Cathy Dufour (DG de l’Ameublement Français)
  • Salariés : Pierre Launay (dir. Marketing) et Magali Borlet (Resp. Pôle Achat Produits techniques et Déco)
  • Actionnaires : Laurence Méhaignerie (Citizen Capital)
  • Personnalités qualifiées : Anne-France Bonnet (Nuova Vista)
  • Président : Emery Jacquillat

Le Comité de mission s’est réunit deux à trois fois par an sur les 5 dernières années. Les dates clés du Comité de mission :

  • 2015 : Constitution de la Cellule’OSE et lancement des travaux sur la mission : co-construction de la raison d’être avec les parties prenantes
  • 2017 : Validation de la raison d’être, inscription statutaire de la raison d’être et de la Cellule’OSE (comité de mission) et 1er rapport de mission
  • 2018 : Définition des 5 engagements de mission
  • 2020 : le Comité de mission a soumis à l’AG de la société l’inscription statutaire des 5objectifs de mission, pour obtenir la qualité de Société à mission.

Dans quelle mesure cette démarche contribue-t-elle à transformer l’organisation ?

« Quand la mission est claire, elle éclaire »

Une mission claire libère le management, la mission est une véritable boussole qui guide les choix de chacun dans l’entreprise, les mieux placés pour mettre en œuvre la mission au cœur du projet étant les salariés eux-mêmes !

Le management par la mission ouvre la voie à une culture d’entreprise plus collaborative, participative, davantage basée sur la confiance, chacun se rendant acteur du projet de l’entreprise.

Camif a ainsi remporté le Grand Prix de l’Entreprise Collaborative (Cegos, 2016), notamment pour son initiative de budget collaboratif.

La mission est un levier d’engagement et sert la « marque employeur » : les nouvelles recrues depuis 2017 rejoignent Camif (à Niort) en 1er lieu pour sa mission : l’entreprise fait sens. C’est un levier pour attirer des talents, en particulier chez les jeunes.

Côté fournisseurs, la clarification de la mission leur permet aussi de mieux comprendre les attentes de Camif, mieux accepter ses exigences (notamment sur la transparence, sur le lieu de fabrication, l’origine des composants…) et contribue à ce qu’ils proposent de nouveaux produits plus en phase avec les engagements Camif (sur la santé, l’économie circulaire).

Les cinq objectifs de la mission permettent à Camif de transformer en profondeur son offre, son modèle économique, et ses pratiques de management.

Ainsi son premier engagement « Informer, sensibiliser et donner les moyens pour une consommation plus responsable » se traduit simplement par une grande transparence sur le site Camif.fr : redonner le pouvoir aux consommateurs de choisir son produit en fonction de critères géographiques (on peut rechercher un canapé, une table, une chaise… par pays, région ou département de fabrication), sociaux et environnementaux (on peut chercher un lit fabriqué en pin massif issu de forêts gérées durablement par un centre d’insertion par le travail de personnes en situation de handicap). C‘est redonner au pouvoir d’achat celui de « changer le monde de l’intérieur ».

Son second engagement « Faire de l’économie circulaire notre standard » a amené les équipes Camif à revisiter leur offre et à accélérer la transition vers des produits éco-conçus. C’est le projet Camif Edition, qui a démarré en 2017, avec un cahier des charges très exigeant sur le caractère local, durable, bon pour l’Homme et la planète.

Un Camifathon a été lancé, réunissant experts de l’économie circulaire, fabricants français, designers et consommateurs pour lancer 13 nouvelles collections en 2018, 34 en 2019, plus de 50 en 2020. Les collections et la démarche plaisent. De nombreux retours positifs de ses clients et une croissance de 100% d’une année sur l’autre.

Camif Edition induit un changement de métier pour Camif, passant de « distributeur-sélectionneur » à « éditeur », avec des équipes qui passent de « chef de produit » à « chef de projet », pilotant des projets avec des designers, des experts de l’économie circulaire et des fabricants français.

L’alignement de l’offre à la mission est à la fois un levier d’innovation et de performance, une triple performance (sociale, environnementale et économique) offrant une création de valeur partagée (les produits Camif Edition sont également transparents sur la répartition de la valeur sur l’ensemble des acteurs de la chaîne : producteurs de matières premières, fabricant, transporteur et Camif).

Camif croit que l’entreprise doit s’engager dans les débats de société : c’est pourquoi Camif a décidé de boycotter le Black Friday. La fermeture du site Camif.fr le jour du Black Friday, meilleur jour du e-commerce de l’année, est une action coup de poing pour affirmer son engagement de défendre une consommation plus responsable. Seul à boycotter le Black Friday en 2017, plus de 1000 sites e-commerce ont appelé à boycotter le Black Friday en 2019…

Ce renoncement totalement en phase avec sa mission, est un acte fort qui invite chacun à réfléchir, prendre du recul par rapport à sa consommation. Il a contribué à faire évoluer la société : les citoyens, les consommateurs, les collaborateurs, les entreprises ont véritablement pris conscience que les enjeux de l’humanité, du climat, de la biodiversité et des enjeux sociaux, sont directement liés à nos modes de consommation et de production. La prise de conscience est une bonne chose.

Quels sont les challenges / difficultés rencontrés dans cette démarche ?

Le chemin de la mission a démarré en 2013 pour Camif. On peut dire qu’il a permis à l’entreprise d’affirmer son positionnement, de se développer dans le contexte extrêmement concurrentiel du e-commerce, d’engager une transformation en profondeur de son offre, accompagnant un renouvellement de sa clientèle, qu’il entraîne de nouveaux modes de management. Que la mission a permis à l’entreprise d’aller bien au-delà des limites du cadre classique de la société, qu’elle a nourri le projet Camif en le rendant passionnant.

Même s’il ne faut pas sous-estimer les difficultés, le temps, les injonctions parfois contradictoires, entre l’exigence du court terme et la nécessité de remettre du temps long. Cela a été particulièrement le cas pour notre boycott du Black Friday : oui, cela a fait perdre du chiffre d’affaires à l’entreprise en 2017, 2018 et 2019, mais Camif est devenue la marque préférée des français sur son engagement sur le développement durable et la consommation responsable (source : IFOP 2019 et 2020), et la croissance de +64% que connaît l’entreprise depuis le COVID-19 montre que son engagement le Made in France et le durable est payant !

Les renoncements d’aujourd’hui sont les profits de demain. Avec le recul, et sur un temps long, on peut donc affirmer qu’il n’y a pas d’injonction contradictoire, et qu’il y a même une réelle réconciliation entre les enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Et que cet alignement est une formidable source de résilience pour l’entreprise.

Pour cela, l’entreprise à mission doit être incarnée, avec ténacité, sincérité et radicalité par le dirigeant, clé de voûte de la transformation de l’entreprise.

À ce jour, quels sont les impacts (positifs ou non) observés pour l'entreprise ?

Plus encore qu’un outil stratégique clé, l’entreprise à mission constitue un triple levier de création de valeur :

  • Levier d’engagement : le sens attire les talents, la mission libère le management et active les parties prenantes
  • Levier d’innovation : accélère la transformation des pratiques, de l’offre et le développement de nouveaux business models. Aujourd’hui plus de 50% de notre offre est exclusive, co-créée au bénéfice de l’Homme et la planète, et nous protège de la concurrence des grands acteurs du e-commerce, tout en
  • Levier de performance : la démarche génère un triple Profit : social, environnemental et économique. La croissance Camif en 2020 est de +40%.

Pionnier de l’entreprise à mission, la Camif poursuit son chemin. Un chemin qui n’est pas prêt de s’arrêter.

Réponses reçues le
11/11/2020

Informations complémentaires