CHIC FAKTORY

🏛
Société :
CHIC FAKTORY S.A.S.
🛠 
Slow déco : la première marketplace 100% [d]éco-responsable... et française
📅 
Société à mission depuis le
16/12/2020
📍 
Ile-de-France
💡 
Créée en
2020
sous forme de
SAS/SASU
👤 
6
salariés en
2020

Activité

CHIC FAKTORY est la 1ère marketplace française 100% déco-responsable. Ou plutôt, 4 marketplaces en 1, car elle est la seule à proposer 4 univers, habituellement dissociés, sur un site unique : brocante, upcycling, pièces neuves et œuvres d’art. Déco-responsable, parce qu’elle ne propose que des pièces neuves et des œuvres d’art 100% frenchmade mais aussi des pièces de seconde main. Nos plus : la proximité (avec des showrooms-galeries) et la promotion de l'économie de la fonctionnalité (location de certaines pièces et œuvres). L'éthique peut être chic.

www.chicfaktory.com

Raison d'être

Proposer des produits et services pour la décoration de la maison (meubles, objets et accessoires de décoration, œuvres d’art) relevant de l’économie circulaire ou conçus et fabriqués au bénéfice de l’homme et de la planète

A cette fin, mobiliser notre écosystème d’entreprise : vendeurs de la plateforme, acheteurs, collaborateurs, fournisseurs et prestataires, actionnaires et acteurs du territoire,

Collaborer et agir pour inventer ou promouvoir de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation plus vertueux en terme de développement durable

Objectifs

  • informer, sensibiliser et donner les moyens pour une consommation plus responsable
  • faire de l’économie circulaire et de l’économie de proximité notre standard
  • proposer les meilleurs produits pour la santé et la planète
  • instaurer la cocréation et la coopération à toutes les étapes de nos processus
  • dynamiser l’emploi sur ses territoires et favoriser l’apprentissage et l’insertion

Comité de mission

Contrôle interne : un comité de suivi, comportant au moins un salarié, s’assure que les décisions stratégiques de l’entreprise sont conformes à sa Mission

Contrôle externe : un organisme tiers indépendant, choisi parmi ceux accrédités à cet effet par le Comité Français d’Accréditation, vérifie que les objectifs sociaux et environnementaux sont respectés

La mission : extrait des statuts

Raison d'être

Proposer des produits et services pour la décoration de la maison (meubles, objets et accessoires de décoration, œuvres d’art) relevant de l’économie circulaire ou conçus et fabriqués au bénéfice de l’homme et de la planète

A cette fin, mobiliser notre écosystème d’entreprise : vendeurs de la plateforme, acheteurs, collaborateurs, fournisseurs et prestataires, actionnaires et acteurs du territoire,

Collaborer et agir pour inventer ou promouvoir de nouveaux modèles de consommation, de production et d’organisation plus vertueux en terme de développement durable

Objectifs

  • informer, sensibiliser et donner les moyens pour une consommation plus responsable
  • faire de l’économie circulaire et de l’économie de proximité notre standard
  • proposer les meilleurs produits pour la santé et la planète
  • instaurer la cocréation et la coopération à toutes les étapes de nos processus
  • dynamiser l’emploi sur ses territoires et favoriser l’apprentissage et l’insertion

En savoir plus (+)

Informations complémentaires non disponibles (collecte en cours auprès de l'entreprise)

En savoir plus sur la démarche de l’Entreprise à Mission

Pourquoi l'entreprise a-t-elle engagé cette démarche vers la société à mission ?

La démarche a été initiée par le président-fondateur.

La société est « mission native ». Elle l’est par essence…

L’idéation du projet débute fin 2018 et se termine en janvier 2020par la création de la société. Le projet est de créer une marketplace atypique dans la déco pour « casser les codes de la déco et de l’art » :

  • en ne proposant que des produits 100% [d]éco-responsables issus de 4 univers habituellement dissociés sur le net : la seconde main (brocante, design vintage….) qui est écoresponsable par nature, des produits upcyclés ou sur-recyclés, des produits neufs d’artisans ou petites maisons d’édition 100%frenchmade ainsi que des œuvres d’art (sculptures et peintures) d’artistes français émergents.
  • en développant l’économie de la fonctionnalité (valeur d’usage des produits) plutôt que la propriété par la possibilité de louer une sélection de meubles neufs ou œuvres d’art ; qui, s’ils ne sont pas acquis en fin de location, sont proposés en 2nde main sur notre site (logique d’économie circulaire en quelque sorte – l’acquisition des produits avant leur mise en location permet de maîtriser leur suivi).

Le contexte de la crise de la Covid fait qu’il n’est plus question que de local, de made in France, de développement durable… Toutes les sociétés expliquent désormais qu’elles sont les plus éco-responsables de leur secteur, qu’elles sont plus « vert.es » ou plus « french » que les autres... Une vraie cacophonie qui ne trompera pas longtemps les consommateurs.

CHIC FAKTORY, par essence, n’a pas besoin de faire de « greenwashing » ou de« frenchwashing » et sa qualité de « société à mission »(quand le concept aura diffusé auprès des consommateurs les plus engagés) est sans doute le meilleur « label » qu’elle puisse avoir.

L’inscription de la raison d’être (mission et engagements) dans les statuts était évidente. Et d’autant plus facile pour une société en création.

La mission formulée par l'entreprise découle-t-elle de convictions ou d'éléments de vision spécifiques ?

Cf. question précédente : « mission native » et par essence…

La mission découle évidemment de convictions historiques du président-fondateur sur les enjeux du développement durable de manière générale ; et pour CHIC FAKTORY, que ces enjeux dans la déco sont largement sous-estimés par les consommateurs (la France, pays de la gastronomie, est le 2ème importateur mondial de cuisines…).

En fonction de ses moyens d’abord, chacun d’entre nous essaie d’arbitrer de plus en plus souvent entre son statut de citoyen-contribuable et celui de citoyen-consommateur ; mais pour les meubles ou les objets de déco, les écarts de prix sont encore trop importants entre les pays à bas coûts et le made in France.

Pour bouger les lignes, il faut être pro-actif et proposer des alternatives ; en choisissant d’abord des niches ou créneaux plutôt que d’attaquer de front tous les sujets, en proposant le système de la location en particulier dans un secteur qui n’y est pas coutumier, etc… Les idées d’innovation ne manquent pas.

Comment l’entreprise a-t-elle mené cette démarche ?

Un an après sa création, la société compte 6 collaborateurs. Il a été très facile de travailler sur l’appropriation de la démarche (raison d’être, mission et engagements) et sa mise en œuvre quotidienne ; d’autant que le business model (et les KPI) découle de la démarche…

Comment l’entreprise s’engage-t-elle dans la mise en œuvre de sa mission ?

« Mission native », toute l’organisation et l’activité de la société sont évidemment centrées sur et organisées autour de sa raison d’être.

En commençant par le sourcing des « marchands » correspondant apparemment à nos valeurs. Ensuite, le « recrutement » des marchands nécessite la présentation du projet, de notre positionnement et de notre raison d’être. Vient ensuite la sélection des produits à présenter(vérifier que des pièces de seconde main ne font pas partie d’une filière d’importation des pays de l’Est, d’Inde ou d’Asie… vérifier que les pièces d’éditeurs sont bien fabriquées en France, etc…). Etc…

Comment le suivi de la mission est-il organisé ?

Pour le moment, le comité de mission est composé de… toute l’équipe de collaborateurs. La réunion hebdomadaire est l’occasion d’être plus formel sur nos enjeux même si les échanges ont lieu au quotidien. Un ou deux associés, entrés à l’occasion d’une levée de fonds Love Money, vont rejoindre le comité.

D’ici la fin de l’année, nous essaierons de faire rentrer un « marchand » représentatif de chacun des 4 univers que nous couvrons et il y aura nécessairement un représentant de nos nouveaux actionnaires si la levée de fond réussit…

Dans quelle mesure cette démarche contribue-t-elle à transformer l’organisation ?

« Mission native », toute l’organisation et l’activité de la société sont évidemment centrées sur sa raison d’être.

Cf. haut de page.

Quels sont les challenges / difficultés rencontrés dans cette démarche ?

Pour le moment, il n’y a pas de challenges ou difficultés spécifiques. Trop peu de recul et trop petite structure.

Les challenges sont par contre à court terme avec notamment et pour exemple, l’objectif d’une levée de fonds en seed capital d’ici fin 2021 qui devra aborder la dimension « société à mission » et ses conséquences pour des VC… La dimension « marketing » de la qualité de« société à mission » doit normalement commencer à tous les préoccuper mais c’est dans l’élaboration d’un term sheet ou d’un pacte d’actionnaires qu’il pourrait y avoir des questions inhabituelles…

Un challenge sera aussi de basculer progressivement notre communication centrée sur le développement durable et la [d]éco-responsabilité vers la dimension « société à mission » ; qui peut brouiller les perceptions dans un 1er temps.

À ce jour, quels sont les impacts(positifs ou non) observés pour l'entreprise ?

L’impact le plus lisible concerne l’engagement et l’implication des collaborateurs. Plus vis-à-vis du projet de « déco responsable »d’abord que dans sa traduction stratégique de « société à mission »,moins compréhensible pour de jeunes collaborateurs même s’ils en perçoivent au quotidien les implications.

Pour les mêmes raisons, pour le moment, il n’y a pas d’impact de la part de nos clients (« marchands » pros de la marketplace) ou des acheteurs du site. Le concept de « société à mission » est encore trop confidentiel ou diffus pour qu’il impacte les relations. Comme pour les collaborateurs, c’est le concept de « déco responsable » qui porte le plus. Ils le voient traduit dans notre discours commercial, nos pratiques, nos contenus web, etc… et y adhèrent fortement.

Réponses reçues le
17/3/2021

Informations complémentaires