Meridiam

🏛
Société :
Meridiam
🛠 
Développement, financement et gestion d'infrastructures publiques durables à LT
📅 
Société à mission depuis le
9/9/2019
📍 
Ile-de-France
💡 
Créée en
2005
sous forme de
SA
👤 
300
salariés en
2020

Activité

Meridiam est une société spécialisée dans le développement, le financement et la gestion à long terme d'infrastructures publiques durables dans trois secteurs d’activités : la mobilité des biens et des personnes, la transition énergétique et l’environnement, et les infrastructures sociales. Meridiam gère actuellement 8 milliards de dollars d’actifs, et plus de 80 projets. Meridiam est certifiée ISO 9001 : 2015, Advanced Sustainability par VigeoEiris et a développé sa propre méthodologie en matière d'ESG et d'impact basée sur les Objectifs de Développement Durable de l’ONU.

meridiam.com

Raison d'être

Avec l’ensemble de nos parties prenantes notamment nos investisseurs et nos partenaires publics et privés, nous développons, construisons, modernisons et exploitons de manière durable des infrastructures et des actifs essentiels qui contribuent à améliorer la qualité de vie des populations.

Objectifs

Meridiam inscrit sa mission dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies et l’a structurée en cinq piliers adossés à cet Agenda international :

  1. Contribuer à bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l'innovation (ODD 9 et 11)
  2. Contribuer à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable (ODD 7).
  3. Contribuer à prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions (ODD 13).
  4. Contribuer à l'égalité des genres et promouvoir une croissance inclusive(ODD 5, 8 et 17)*.
  5. Protéger la biodiversité (ODD 14 et 15).*
  6. Par ailleurs, l’entreprise s’est fixé un objectif transversal de Bonne gouvernance, auquel chacun des cinq piliers est subordonné.*

*les objectifs plus détaillés seront approuvés et intégrés dans les statuts lors de la prochaine assemblée générale qui se tiendra au cours du premier trimestre 2021.

Comité de mission

Le rôle du comité de mission tel que défini par sa présidente inclut la validation de l'atteinte, par Meridiam, des objectifs fixés dans le cadre de sa mission mais aussi l'expression d'un avis sur la stratégie mise en œuvre pour atteindre ces objectifs, sur les outils mis en place pour les suivre et sur le niveau d'appropriation de la mission par les équipes de Meridiam. Cette vision est partagée par les autres membres du Comité de Mission interrogés. Le comité de Mission est composé de six personnes dont une représentante du personnel (et responsable RSE), deux membres indépendants, un membre du Conseil de Surveillance de Meridiam, le Président Directeur Général et la Directrice Générale, Présidente du Comité de mission. Le Secrétaire Général de Meridiam est Secrétaire du Comité de mission. Ce comité réunit d’importantes compétences en matière de RSE : parmi les deux membres indépendants, Patrice Garnier a travaillé pour des entreprises de l'Economie Sociale et Solidaire et Françoise Tauzina possède une expertise sur les sujets d'impact social et environnemental, de par ses anciennes fonctions au sein de la Caisse des Dépôts. Le Directeur Général de Meridiam préside Finance for Tomorrow (initiative réunissant les acteurs de la finance responsable en France).

La mission : extrait des statuts

Raison d'être

Avec l’ensemble de nos parties prenantes notamment nos investisseurs et nos partenaires publics et privés, nous développons, construisons, modernisons et exploitons de manière durable des infrastructures et des actifs essentiels qui contribuent à améliorer la qualité de vie des populations.

Objectifs

Meridiam inscrit sa mission dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies et l’a structurée en cinq piliers adossés à cet Agenda international :

  1. Contribuer à bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l'innovation (ODD 9 et 11)
  2. Contribuer à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable (ODD 7).
  3. Contribuer à prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions (ODD 13).
  4. Contribuer à l'égalité des genres et promouvoir une croissance inclusive(ODD 5, 8 et 17)*.
  5. Protéger la biodiversité (ODD 14 et 15).*
  6. Par ailleurs, l’entreprise s’est fixé un objectif transversal de Bonne gouvernance, auquel chacun des cinq piliers est subordonné.*

*les objectifs plus détaillés seront approuvés et intégrés dans les statuts lors de la prochaine assemblée générale qui se tiendra au cours du premier trimestre 2021.

En savoir plus (+)

Informations complémentaires non disponibles (collecte en cours auprès de l'entreprise)

En savoir plus sur la démarche de l’Entreprise à Mission

Pourquoi l'entreprise a-t-elle engagé cette démarche vers la société à mission ?

Meridiam a toujours placé l’ESG au cœur de ses engagements, de sa stratégie et de ses investissements, de manière très opérationnelle et très concrète. Ce principe et cette dynamique ont été impulsés par Thierry Déau, le Président fondateur de l’entreprise, dès sa création en 2005. Modifier nos statuts pour nous transformer en “société à mission” dès que la loi française le permettait était pour lui comme pour l’entreprise et ses salariés une évidence. Cette démarche est pour nous bien plus que la simple expression de la raison d’être et de notre mission. Une mission qui est la même depuis notre origine et qui est désormais inscrite dans nos statuts : « développer, construire, moderniser et exploiter à long terme des infrastructures durables qui améliorent la qualité de vie des populations ». C’est l’aboutissement et la reconnaissance d’un engagement fort et ancien en matière de responsabilité sociale et environnementale. La promesse que nous plaçons au même niveau la rentabilité financière et extra-financière.

La mission formulée par l'entreprise découle-t-elle de convictions ou d'éléments de vision spécifiques ?

Thierry Déau a fondé Meridiam avec la conviction que l'alignement des intérêts des secteurs public et privé peut apporter des solutions aux besoins essentiels de la collectivité. C’est à partir de cette conviction que la mission de l’entreprise a été élaborée et ce dès sa création. Elle est depuis restée la même depuis 2007.

Comment l’entreprise a-t-elle mené cette démarche ?

Avant même la publication de la loi, cette question d’inscrire plus directement l’impact de nos projets dans notre cadre juridique s’était posée. Aussi, il y a eu un fort consensus quand cette démarche de transformation de nos statuts a été initiée par le top management en en particulier son fondateur.

Cette démarche a été pilotée par Sandra Lagumina, Directrice Générale de Meridiam avec l’implication de l’ensemble des partners, du management et des équipes qui ont aussi été consultées sur la confirmation de la raison d’être et de la mission.

Pour suivre le développement de cette initiative et sa mise en œuvre, un comité de mission a été immédiatement créé, dont les membres et activités sont décrites plus loin. Nous avons également fait appel à un consultant externe en particulier pour « vérifier » comme l’exige la loi, les objectifs de mission.

Comment l’entreprise s’engage-t-elle dans la mise en œuvre de sa mission ?

Les moyens permettant d'assurer l'appropriation de la mission par les équipes sont nombreux et s'appliquent à l'ensemble des projets et des parties prenantes internes. Ils incluent :

1. Des mesures de sensibilisation à la notion de mission et de formation aux enjeux RSE des projets

  • En2017, l’équipe ESG et Sustainability a commencé le développement d’un outil propriétaire de mesure de l’impact suite à la décision du comité stratégique(Leadership Council) de Meridiam. Cet outil a été mis en œuvre sur les portefeuilles de Meridiam en 2019
  • En2019, l’ensemble des équipes de Meridiam a reçu une formation aux Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU par le département RSE. Et depuis 2020,les formations ESG et les sessions d'accueil des nouveaux employés incluent systématiquement l'approche et la contribution de Meridiam aux ODD et une sensibilisation aux enjeux ESG.
  • En Juin 2020, le Président et la Directrice Générale ont présenté la démarche, les engagements et la contribution de Meridiam aux ODD ainsi que les raisons du choix des huit ODD liés à la mission de Meridiam à toutes les équipes(gestionnaires d’actifs, responsables d’investissement et sociétés du portefeuille).
  • En2020, une formation à l’utilisation des outils et au suivi des impacts ESG des projets et de leur contribution aux ODD a été effectuée auprès de tous les responsables de projets et des dirigeants des sociétés du portefeuille.
  • Enfin, les équipes d'investissement reçoivent une formation annuelle concernant les outils de collecte de l'information et de gestion des enjeux ESG et ODD reliés aux projets.

2. Des processus d'intégration de la mission aux arbitrages managériaux sur l’ensemble du cycle de vie du projet et de l'actif, mettant les chefs de projets et directeurs de filiales en responsabilité sur ces sujets.

  • L'ensemble des décisions de validation des projets d'investissements prennent en compte des critères ESG : les impacts environnementaux et sociaux de chacun des projets sont discutés en amont de la phase de projet puis lors des comités d'investissement (auxquels participent la Présidente du Comité de mission et la responsable ESG). Ces décisions prennent également en compte la contribution des investissements aux ODD, incluant les stratégies afin d’optimiser leur impact positif.
  • La gestion des impacts ESG et ODD de chaque projet est effectuée de façon continue, sur l'ensemble du cycle de vie de celui-ci. En phase de développement, une cartographie des impacts ESG/ODD et des mesures à mettre en œuvre pour les gérer est réalisée par le chef de projet. Cette feuille de route sera suivie sur l'ensemble du process d'investissement puis lors de la construction de l'actif et de sa gestion.
  • Les responsables d'investissement contribuent à établir la road map de leurs actifs et rendent compte de la gestion des impacts ESG et de la contribution aux ODD de leurs projets et cette mission est intégrée à leurs objectif annuels, constituant un critère de rémunération variable. Cette responsabilité est partagée avec les dirigeants des sociétés de portefeuille.
  • Chaque actif est tenue de reporter sur la manière dont les impacts sociaux, environnementaux et de gouvernance, ainsi que la contribution aux ODD identifiés lors des phases de projet sont gérés, et de collecter les indicateurs d'impact dans l'outil de collecte unifiée.
  • Le processus de gestion de portefeuille est piloté par la Directrice générale, Présidente du Comité de Mission.
  • Le respect des procédures concernant la prise en compte des facteurs ESG et ODD dans les processus d’investissement est vérifié lors des audits internes annuels. Par ailleurs, les mesures mises en œuvre par les actifs sont contrôlées dans le cadre d'audits sur site (à raison de 10 audits par an environ). Ces procédures sont ensuite auditées par un tiers externe dans le cadre de la certification ISO 9001.

Comment le suivi de la mission est-il organisé ?

Les responsabilités du suivi et de la validation de la mission sont clairement attribuées: un Comité de mission est en charge d’évaluer les objectifs et résultats de la mission et la stratégie mise en œuvre pour les atteindre. Par ailleurs, le suivi des indicateurs reflétant l’atteinte des objectifs est sous la responsabilité de la Directrice RSE, déjà en charge du suivi des impacts ESG et ODD des projets.

Les objectifs de la mission sont discutés au sein du comité exécutif et pris en compte dans l’attribution des rémunérations des dirigeants et de l’ensemble des équipes.

Le comité de Mission est composé de six personnes dont une représentante du personnel (qui est en l’occurrence la responsable RSE de Meridiam), deux membres indépendants, un membre du Conseil de Surveillance de Meridiam, le Président Directeur Général et la Directrice Générale, Présidente du Comité de mission. Le Secrétaire Général de Meridiam est Secrétaire du Comité de mission. Ce comité réunit d’importantes compétences en matière de RSE : parmi les deux membres indépendants, Patrice Garnier a travaillé pour des entreprises de l'Economie Sociale et Solidaire et Françoise Tauzinat possède une expertise sur les sujets d'impact social et environnemental, de par ses fonctions au sein de la Caisse des Dépôts. Le Président Directeur Général de Meridiam préside Finance for Tomorrow (cluster de la finance responsable en France).

Le rôle du comité de mission inclut :

  • La validation de l'atteinte, par Meridiam, des objectifs fixés dans le cadre de sa mission
  • Mais aussi l'expression d'un avis sur la stratégie mise en œuvre pour (i) atteindre ces objectifs, (ii) sur les outils mis en place pour les suivre et (iii) sur le niveau d'appropriation de la mission par les équipes de Meridiam.

Depuis l'adoption du statut de société à Mission par Meridiam en septembre 2019, ce comité s'est réuni quatre fois. Ses statuts prévoient qu'il se réunisse à l'avenir au moins deux fois par an. Il rapporte une fois par an à l’Assemblée générale et au Conseil de Surveillance. Il interagit fréquemment avec le Comité Exécutif.

Dans quelle mesure cette démarche contribue-t-elle à transformer l’organisation ?

La culture de Meridiam a toujours été fondée sur la volonté d’investir et de développer sur le long terme des projets qui ont un impact positif pour les populations. Aussi la prise en compte des bénéfices extra-financiers de ses investissements pour les communautés locales et l’intégration des sujets ESG est au cœur de notre activité depuis l’origine

La transformation en société de mission a permis d’ancrer cette culture dans un cadre encore mieux défini et plus global qui offre un cadre de cohérence à l’ensemble de notre action. La stratégie de Meridiam est donc dorénavant définie par le biais de ce cadre et fait écho aux objectifs de mission. Cela s’est traduit par plusieurs actions:

  • Une mise à jour des processus et procédures internes, incluant la révision du processus d’investissement et de gestion des actifs ;
  • Une stratégie de sélection des opportunités d’investissement visant l’atteinte des objectifs de mission ;
  • L’intégration de critères d’évaluation de la performance des équipes en lien avec la mission ;
  • Le développement d’outils méthodologiques permettant une évaluation plus fine de la performance des actifs en portefeuille, notamment une méthodologie propre à Meridiam pour mesurer la contribution des actifs aux ODD. Cette méthodologie originale s’appuiera également sur le support d’un Comité scientifique.

Cette démarche a permis aussi de mobiliser les salariés sur des actions concrètes et de donner du sens à leur action en la rattachant à la mission générale

Quels sont les challenges / difficultés rencontrés dans cette démarche ?

Meridiam a été un des premiers acteurs à devenir une société à mission à la suite de la modification de la loi française. À ce stade il n’existe donc pas encore de normes ou standards pouvant servir de référence.

Nous avons donc dû être pro-actifs et innovants en développant un outil unique de mesure et faire appel à une société de conseil externe, spécialisée notamment dans les analyses de développement durable d’entreprises. Celle-ci a non seulement conduit une évaluation de nos engagements et résultats en matière de développement mais également une évaluation de la mission de Meridiam.

Ces analyses détaillées nous ont permis de confirmer la validité des objectifs de notre mission et l’approche de mise en œuvre du plan d’actions pour les atteindre.

A l’avenir, des standards bien définis offriraient certainement aux entreprises souhaitant se transformer en société à mission un cadre d’intervention encore plus clair et précis.

Par souci de cohérence pour la totalité de l’activité de Meridiam notamment aux Etats Unis et en Afrique, nous avons lancé une certification par B Lab ayant vocation à élargir le statut de toutes nos filiales à la société à mission.

À ce jour, quels sont les impacts(positifs ou non) observés pour l'entreprise ?

En devenant une entreprise à mission, nous avons encore accru notre degré d’exigence en matière de responsabilité sociale, environnementale et de gouvernance. Nos engagements sont non seulement encore plus forts, mais ils sont aussi opposables.

Notre mission s’inscrit dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies et repose sur une évaluation rigoureuse de nos actions et de nos investissements en la matière, et plus particulièrement autour de cinq piliers adossés à cet Agenda international :

  • Contribuer à bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l'innovation (ODD 9 et 11).
  • Contribuer à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable (ODD 7).
  • Contribuer à prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions (ODD 13).
  • Contribuer à l'égalité des genres et promouvoir une croissance inclusive (ODD 5, 8 et 17)
  • Protéger la biodiversité (ODD 14 et 15)

Un dernier objectif transversal de Bonne gouvernance complète les objectifs de mission de Meridiam.

Ces objectifs ont été chiffrés et font l’objet d’un plan d’action sur trois ans déployés dans chacun de nos 83 actifs et au niveau corporate permettant de les améliorer.

Nous avons également modifié notre politique en matière de rémunération pour les salariés et l’entreprise dans son ensemble. Ceci afin d’aligner davantage et de mieux faire converger nos intérêts avec ceux de nos investisseurs. Ainsi, les collaborateurs de Meridiam se sont vu assigner des objectifs opérationnels dont l’une des composantes est l’impact, et notamment la contribution des projets en matière environnemental, social et de gouvernance. Une partie de leur rémunération est donc désormais pour partie indexée sur cette nouvelle dimension. Au niveau du carried interest nous avons également introduits des conditions plus exigeantes et plus contraignantes avec un système de« bonus – malus » fonction de notre atteinte, en totalité ou en partie, des retours extra-financiers.

Réponses reçues le
16/12/2020

Informations complémentaires